Genève- L'attaque sauvage lors d’une cérémonie funéraire à Sanaa, la capitale du Yémen, doit être condamnée dans les termes les plus forts par la communauté internationale, et le soutien retiré de la coalition menée par l’Arabie Saoudite que l’on croit être en tort, déclare l’Observatoire Euro-Med des droits de l’Homme. Des centaines de personnes sont venues dans la grande salle de cérémonie de la ville pour pleurer la mort de Jalal Roeichan, le père du ministre de l'Intérieur de la coalition Houthi au pouvoir.

   Les lois et conventions internationales relatives aux droits de l’Homme ont été témérairement violées dans cette attaque contre une cérémonie funéraire   

 

La salle a été la cible de quatre missiles. En outre, Euro-Med a examiné les vidéos publiées par des activistes montrant un raid aérien supplémentaire ciblant les ambulanciers qui administraient les premiers secours aux victimes. On estime qu'au moins 82 personnes ont été tuées et plus de 400 blessées.

Des témoins oculaires ont rapporté que les frappes aériennes ont été menées par des avions de combat de la coalition menée par l'Arabie Saoudite, bien que des sources internes nient toute implication. L’Arabie Saoudite est soutenue par le Bahreïn, le Qatar, les Émirats arabes unis, l'Egypte, la Jordanie, le Maroc, le Soudan et les États-Unis. L'attaque sur les Houthis et leurs alliés a été lancée en Mars à 2015.

Le ciblage de civils non armés est un crime de guerre en vertu du droit et des conventions humanitaires internationaux. Les attaques indiscriminées et l'usage excessif de la force contre des civils sont également des crimes contre l'humanité en vertu de la quatrième Convention de Genève, en particulier dans les zones à forte densité de population.

« Les lois et conventions internationales relatives aux droits de l’Homme ont été témérairement violées dans cette attaque contre une cérémonie funéraire», déclare Ihsan Adel, conseiller juridique de l’Observatoire Euro-Med. « La Quatrième Convention de Genève interdit le fait qu’ un groupe de personnes ou un village soit tenu responsable d’actes commis par des individus spécifiques.

Faire cela constitue une punition collective. » L’Observatoire Euro-Med des droits de l’Homme appelle la communauté internationale à cesser de soutenir les parties au conflit afin qu'il puisse exister une désescalade, avec des incitations créées pour une paix négociée.