Genève - L'Observatoire Euro-Méditerranéen pour les droits de l’Homme a exprimé sa profonde inquiétude au sujet des violations humanitaires graves auxquelles sont exposés les camps de réfugié dans la frontière syro-libanaise, sous prétexte d'une campagne sécuritaire menée par l'armée libanaise et les forces armées du Hezbollah, lors de la poursuite des personnes recherchées dans les camps.

   En cas de la poursuite des arrestations et des prises d'assaut des civils désarmés à Arsal, ces pratiques s'entraineront dans le concept juridique du génocide   

 

Lors de son communiqué de presse, Euro-Med a mis en garde contre la situation dans ces camps de réfugiés, particulièrement dans la ville Arsal, qui alerte d'une catastrophe humanitaire inédite, surtout à la lumière des arrestations arbitraires et des assassinats des civils désarmés.

Euro-Med a déclaré que les envahissement des camps, commis par l'armée libanaise sous prétexte d'arrêter des personnes recherchées, ont exposé les réfugiés syriens à une série de violations conduisant à la mort des dizaines de victimes et à la blessure des autres, en raison de l'utilisation des balles réelles sans discrimination.

Le 30 Juin 2017, Euro-Med a documenté à l'aide des sources à l'intérieur du camp Arsal l'arrestation d'environ 400 personnes et la torture des civils, ce qui constitue une violation flagrante de la Convention des Nations Unies contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants des droits de l'homme en 1987.

Euro-Med a aussi insisté sur la nécessité d'exposer tous les réfugiés arrêtés devant les tribunaux, de révéler leurs lieux de détentions immédiatement, et de leur permettre de communiquer avec le monde extérieur, y compris l'accès à des avocats pour les défendre, leur permettre de fournir les preuves de leur innocence de toute accusation portée contre eux et de leur garantir un procès équitable.

Euro-Med estime qu'en cas de la poursuite des arrestations et des prises d'assaut des civils désarmés à Arsal, ces pratiques s'entraineront dans le concept juridique du génocide.

Euro-Med a appelé la communauté Internationale à assumer ses responsabilités envers les réfugiés syriens dans les camps libanais d'Arsal, de les sortir de la situation humanitaire catastrophique toute en insistant sur la nécessité d'imposer un contrôle international sur l'armée libanaise et les services de sécurité, au sujet de l'application des normes relatives aux droits de l'Homme, notamment les droits des réfugiés.

Les camps d'Arsal sont situé entre la frontière Syro-Libanaise, et sont considérés comme l'un des plus grands rassemblements de réfugiés syriens au Liban fuyant le conflit armé en Syrie depuis 2011, avec un nombre de réfugiés estimé d'environ 100 mille réfugié venant de la ville d'Homs et des villages syriens de Qalmoun près d'Arsal.

Les maladies sont en grande propagation parmi les réfugiés particulièrement les enfants, en raison de la suspension des fournitures médicales et alimentaires par les Nations unies, les opposants à une situation humanitaire catastrophique augmentée avec l'augmentation du siège imposé par l'armée libanaise sur ces camps.