Genève - L'Observatoire Euro-Méditerranéen des Droits de l'Homme a appelé les autorités allemandes d'ouvrir une enquête urgente dans l'incitation des membres des sociétés de sécurité allemandes, chargé de protéger les camps de réfugiés, d'un certain nombre de réfugiés et de demandeurs d'asile, en particulier les hommes, a la pratique de la prostitution, considérant que c'est un acte extrêmement dangereux au ou il est prouvé par les enquêtes, où le besoin des demandeurs d'asile est exploité pour les pousser dans des directions qu'ils ne veulent pas.

 

   Il est honteux que les gardes, qui devaient protéger les centres de refuges, exploitent sexuellement les réfugiés   

Ihsan Adel, le conseiller juridique d'Euro-Med

L'Observatoire Euro-Méditerranéen a souligné qu'un reportage télévisé allemand a documenté des témoignages d'un certain nombre de demandeurs d'asile et de travailleurs dans les camps, alors que les gardes travaillent pour convaincre les jeunes réfugiés à se livrer à la prostitution, où l'un des gardes a déclaré qu'il avait été payé de 20 euros pour le travail en tant qu'intermédiaire pour des rencontres sexuelles avec les victimes, un demandeur d'asile afghan a déclaré qu'il était forcé par l'un des gardes de sécurité d'avoir des relations sexuelles en échange d'argent, qui lui avait promis une récompense financière allant jusqu'à 40 euros pour le travail; il a aussi ajouté qu'il s'était conformé à la demande de l'agent de sécurité en raison de son besoin d'argent et qu'il avait honte de ce qu'il faisait mais il devait avoir de l'argent.

L'Observatoire International des Droits de l'Homme a déclaré que les gardiens ciblaient les jeunes hommes réfugiés principalement en raison des prix élevés qu'ils reçoivent pour fournir des services aux réseaux actifs dans ce domaine en Allemagne. Un responsable de la sécurité confirmé: "nous recherchons des jeunes de 16 ans et plus, leur apparence doit être attrayante et plus leur âge est jeune, plus le prix est élevé. "

Euro-Med a souligné que les rapports des organismes de bienfaisance de secours en Allemagne ont enregistré une augmentation marquée du nombre de jeunes immigrants qui ont recours à la prostitution en Allemagne, où le parc « Tergartn » à Berlin, est devenu un point chaud pour les personnes âgées qui cherchent à payer de l'argent pour des relations sexuelles avec des jeunes adolescents réfugiés. Un rapport des Nations unies publié le mois dernier a déclaré que plus de 75% des migrants en Europe ont été soumis au travail forcé, à l'abus sexuel et à d'autres formes d'exploitation.

"Il est honteux que les gardes, qui devaient protéger les centres de refuges, exploitent sexuellement les réfugiés. Ce sont les premiers à rencontrer les demandeurs d'asile normalement, et ils sont censés de les protéger, mais il leur est plus facile de convaincre les demandeurs d'asile de se livrer à la prostitution, profitant de leur besoin d'argent", a déclaré Ihsan Adel, le conseiller juridique d'Euro-Med.

Adel a ajouté: "En fin de compte, il n'y a aucune justification pour ce qui se passe, mais les circonstances sociales difficiles et le besoin d'argent et les abus auxquels subissent les demandeurs d'asile dans les centres d'accueil et dans les camps les poussent à commettre de tels actes, en particulier en l'absence de contrôle du gouvernement allemand sur les sociétés de sécurité dans les camps asile."

L'Observatoire Euro-Méditerranéen a nécessité les autorités allemandes d'accélérer l'ouverture d'une enquête d'urgence et de tenir responsable les membres des sociétés de sécurité impliquées dans l'exploitation sexuelle des réfugiés, soulignant que de telles pratiques violent les lois et des normes internationales, y compris la Déclaration universelle des droits de l'homme relatif aux droits civils et politiques et le Pacte international qui interdit l'exploitation sexuelle et la prostitution forcée. Euro-Med a également appelé les autorités allemandes à surveiller les camps d'asile et à garantir les besoins minimaux fondamentaux et humanitaires des réfugiés.