Genève- L'Observatoire Euro-Méditerranéen des Droits de l'Homme et le "ACI" ont présenté - Aujourd'hui mardi -une déclaration orale devant les représentants et les ambassadeurs des États du Conseil des droits de l'homme des Nations Unies, à sa trente-septième session, sur les pratiques des autorités israéliennes qui se reflètent dans l'arrestation d'étudiants universitaires sur le fond de leur activité d'étudiant et de travail dans les conseils d'étudiants en Cisjordanie occupée. 

   Les autorités israéliennes criminalisent l'appartenance aux mouvements étudiants dans les universités palestiniennes, ce qui constitue une violation du caractère civil des universités et des établissements d'enseignement   

 

Les deux organisations ont signalé, lors de leur déclaration commune aujourd'hui, les politiques punitives poursuivies par les autorités israéliennes contre les membres des conseils d'élèves, tels que la détention arbitraire, les ordres d'expulsion des universités et les passages à tabac, dont le plus récent a été le cas d'Ola Marshoud", étudiante à l'Université An-Najah, qui a été arrêté par les forces d'occupation israéliennes pour son activité étudiante.

Les deux organisations ont rapporté avoir documenté le 7 mars, l'enlèvement de l'étudiant "Omar al-Kiswani", président du Conseil des étudiants de l'université de Birzeit, élu par des milliers d'étudiants aux élections supervisées par l'université.

Les deux organisations ont expliqué au Conseil des Droits de l'Homme que des membres de l'armée israélienne avaient kidnappé "Al-Kiswani" sous la menace d'une arme à l'intérieur du campus universitaire déguisés en vêtements civils, ce qui est interdit dans le droit international humanitaire, traumatisant les étudiants de l'université avec des armes quand ils ont essayé de s'opposer à l'arrestation de leur collègue.

Les organisations ont déclaré que les autorités israéliennes criminalisent clairement l'appartenance aux groupes et mouvements étudiants dans les universités palestiniennes et les considèrent comme un acte prohibé, bien qu'elles soient conscientes de la nature du travail des conseils d'élèves dans l'organisation des activités de service et des académies,  ce qui constitue une violation du caractère civil des universités et des établissements d'enseignement, et une violation grave des droits des élèves à l'éducation et à la liberté d'expression.

L'Observatoire Euro-Méditerranéen des Droits de l'Homme et l'ACI ont appelé le Conseil des Droits de l'Homme et ses Etats membres à faire pression sur les autorités israéliennes pour qu'elles respectent leurs obligations internationales et à mettre fin à leurs pratiques d'intimidations au sein des campus universitaires.

Ils ont également appelé les autorités israéliennes à libérer immédiatement les étudiants détenus et à respecter leur droit à l'éducation.