Genève – Lors d'une déclaration orale devant le Conseil des droits de l'Homme des Nations Unies à sa trente-neuvième session, l'Observatoire Euro-Méditerranéen des Droits de l'Homme en partenariat avec la Fondation Internationale de la Culture Africaine, a appelé le Conseil et ses États membres à prendre des mesures pour neutraliser les civils du conflit armé au Yémen, et à traduire en justice les parties engagées dans les violations systématiques des droits de l'Homme.

   La situation humanitaire des civils au Yémen aujourd’hui est très dangereuse, surtout sous le ciblage systématique par les groupes armés   

Alaa Barghouthi, chercheur à Euro-Med

 

Alaa Barghouthi, chercheur à Euro-Med, a déclaré que la situation humanitaire  des civils au Yémen aujourd’hui est très dangereuse, surtout sous le ciblage systématique par les groupes armés, les forces de la coalition arabe et le gouvernement yéménite.

Barghouthi a souligné que des dizaines d'exécutions et des centaines d'enlèvements menés par les groupes Houthis contre les politiciens et les journalistes de l'opposition constituent une indication sérieuse de la violation croissante du droit à la vie, et la suppression des libertés fondamentales telles que le droit à la liberté d'opinion et d'expression, au moment où, les groupes Houthis ont recours à l’adaptation du système judiciaire, et l'émission des verdicts extrajudiciaires qui ont une dimension politique pour se débarrasser des opposants.

Dans leur déclaration devant le Conseil, les deux organisations ont déclaré que le fait de continuer à prendre pour cible les objets civils et les civils, y compris des enfants, en plus des cas de disparition forcée, de torture, d’emprisonnement sans jugement et dans des prisons secrètes, exacerbait la crise et alimentait  le phénomène de l'extrémisme.

Selon les deux organisations, le rapport du Comité d'experts de l'ONU et le rapport de la Commission d'enquête sur le Yémen exige de prendre des mesures concrètes pour mettre fin à ces violations, à travailler sur la mise en place d'un tribunal international spécial pour poursuivre les responsables, et à arrêter la politique d'impunité et aboutir ainsi au respect des droits de l'Homme.

L'Observatoire Euro-Méditerranéen et la Fondation de la Culture Africaine ont appelé le Conseil et ses Etats membres à faire pression sur les parties au conflit au Yémen, y compris les groupes armés, pour respecter les règles du droit international humanitaire, et pour éviter tout danger pour les civils.

Les deux organisations ont appelé aussi à surveiller les violations des droits de l'Homme commises par les parties au conflit, à poursuivre les responsables et garantir la stabilité et l'ordre au Yémen.