Genève - Dans un discours devant le Conseil des Droits de l'Homme à sa trente-neuvième session, l'Observatoire Euro-Méditerranéen des Droits de l'Homme a déclaré que plusieurs pays du Moyen-Orient et d'Afrique du Nord- y compris la Libye et la Syrie - vivent dans une violence continue qui a touché des dizaines de millions de civils, où les jeunes sont  les plus touchés par les conséquences de ces conflits,  soit à travers leur exposition directe aux violations ou en les engageant dans des activités armées.

   Les parties au conflit en Libye adoptent une méthode de torture comme moyen de faire pression sur les jeunes et les opposants dans toutes les régions de la Libye   

Ghada Al Rayyan, la chercheuse d'Euro-Med

 

Lors d'une déclaration orale devant le Conseil des Droits de l'Homme des Nations Unies, en partenariat avec l'organisation Jossour, Ghada Al Rayyan, la chercheuse d'Euro-Med, a indiqué que les parties au conflit en Libye adoptent une méthode de torture comme moyen de faire pression sur les jeunes et les opposants dans toutes les régions de la Libye, et dans la plupart des centres de détention formels et informels.

En ce qui concerne les travailleurs humanitaires, dont environ 70% sont des jeunes, Al Rayyan a confirmé qu'ils ont été touchés également par les attaques, où Euro-Med a documenté la mort d'environ 18 personnes appartenant aux organismes de secours et de surveillance médicale, en plus de 34 cas d'agression et de détention arbitraire contre les travailleurs humanitaires au cours des sept dernières années.

En Syrie, Al Rayyan a déclaré que le conflit armé continue de coûter la vie à des milliers de jeunes qui subissent quotidiennement les bombardements, la torture, et le manque de nourriture et de fournitures médicales. Al Rayan a ajouté qu'Euro-Med a documenté au cours du premier semestre 2018, la mort de 86 personnes du personnel médical et du personnel de la défense civile, Il a également enregistré 165 agressions menées par différentes parties contre des centres médicaux, la protection civile et les ambulances.

L'Observatoire Euro-Méditerranéen des Droits de l'Homme et l'organisation Jossour ont appelé le conseil et ses Etats membres à adopter une stratégie efficace pour contenir les jeunes dans les zones de conflit, et suivre les violations qui les affectent, y compris la nomination d'un rapporteur spécial pour les jeunes, et la formation d'une commission d'enquête pour poursuivre et traduire en justice les responsables de ces violations.