L’Arabie saoudite devrait mettre fin aux arrestations arbitraires  contre les militants, en particulier les femmes et les personnalités connues pour leur opposition au régime ou à la désapprobation des politiques du royaume, a averti l'Observatoire Euro-Méditerranéen des droits de l'Homme, lors d'une déclaration devant le Conseil des droits de l’Homme.
 

   Les autorités saoudiennes ont réprimé les jeunes militantes saoudiennes sans accusations claires   

Ghada Al Rayyan, chercheuse d'Euro-Med

 

L’Arabie saoudite est également invitée à arrêter les arrestations des civils sur fond d'opinion et d'expression, a ajouté Euro-Med, appelant le CDH à prendre des mesures pour que  le Royaume cesse ces pratiques.

Alors que les autorités saoudiennes ont fait un pas en avant en autorisant les femmes à conduire en septembre, plusieurs contre-mesures ont été prises moins d’un an après la décision initiale, violant les droits et les libertés fondamentaux des civils, ajoutant qu’elles sont bien pires que d’interdire aux femmes de conduire, a déclaré Ghada Al Rayyan, chercheuse d'Euro-Med.

Il y a quelques semaines, les autorités saoudiennes ont réprimé les jeunes militantes saoudiennes sans accusations claires. Ces arrestations semblent avoir été effectuées à la lumière des activités de plaidoyer et de défense des droits fondamentaux de ces femmes, notamment en ce qui concerne l’amélioration du statut des femmes dans le Royaume.

 Au cours des derniers mois, les autorités saoudiennes ont procédé à des arrestations arbitraires et ont interdit le voyage à des dizaines de militantes qui exigeaient que les femmes soient autorisées à conduire et prennent des positions exclusives aux hommes dans le Royaume, dont: Loujain al-Hathloul, Eman al-Nafjan, Aziza al-Yousef et récemment Samar Badawi.

 Les autorités saoudiennes ont récemment commencé à appliquer ces accusations à l'encontre des détenus en recourant à la Cour pénale spécialisée et à la loi antiterroriste pour poursuivre des dizaines de militants, y compris des femmes.

 Dans sa déclaration conjointe avec Zero Poor in Africa, Euro-Med  a souligné l’importance de préserver le droit des jeunes à la liberté d’opinion et d'expression en tant que droit humain fondamental, en particulier pour les jeunes, qui sont les leaders du changement à travers l'Histoire.

 Euro-Med a invité le Conseil et ses États membres à faire pression sur les autorités saoudiennes pour qu'elles arrêtent leur campagne contre les militants, libèrent immédiatement les détenus, mettent fin aux actes d'intimidation et au harcèlement des femmes dans le Royaume et pour qu'elles respectent leur liberté d'opinion et d'expression.