Nous sommes fiers d'apporter un réel changement par des mesures concrètes visant à rendre justice aux victimes de violations des droits de l'homme, en collaboration avec d'autres organisations dans le monde. Après des années de conflits armés et de guerres, le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord sont devenus une véritable plaque tournante pour les violations des droits de l'homme, la plupart des auteurs de ces actes jouissant de l'impunité. Les populations ont perdu confiance dans la capacité des défenseurs des droits de l'homme à les aider. Néanmoins, des centaines de milliers de ces courageux défenseurs des droits de l'homme sont à l'origine de changements. Comme l'a souligné le professeur Richard Falk, président du conseil d'administration d'Euro-Med Monitor : "Il est important de poursuivre la lutte malgré les frustrations et les déceptions, en se basant sur une foi ultime dans le triomphe de la justice". Voici quelques-unes de nos réalisations :

 

 

Hongrie

La Commission européenne a publié une nouvelle communication/procédure contre la Hongrie dans laquelle elle considère que les nouvelles lois hongroises contre les réfugiés et les demandeurs d'asile sont illégales et violent les lois de l'Union européenne relatives aux demandeurs d'asile. Le gouvernement hongrois a fermé ses zones de transit et approuvé une nouvelle loi interdisant l'entrée des demandeurs d'asile dans le pays. En vertu de cette nouvelle loi, les demandeurs d'asile doivent d'abord soumettre une "déclaration d'intention" aux ambassades de Hongrie en Serbie ou en Ukraine. S'ils ont été approuvés par la Direction générale nationale de la police des étrangers (anciennement l'Office de l'immigration), les demandeurs d'asile peuvent alors entrer sur le territoire hongrois pour y déposer officiellement une demande d'asile.

 

Au cours d'une campagne de lobbying et de plaidoyer qui s'est étendue sur plus de trois ans, Euro-Med Monitor a travaillé avec des organisations internationales partenaires pour faire pression sur les gouvernements de l'UE afin qu'ils accueillent davantage de demandeurs d'asile et répartissent la charge entre eux. Euro-Med Monitor a appelé l'UE à rechercher les meilleurs mécanismes pour redistribuer les réfugiés et les demandeurs d'asile en Hongrie de manière équitable entre les États membres de l'UE, à faire pression sur le gouvernement hongrois pour qu'il assume l'entière responsabilité des migrants et des demandeurs d'asile placés sous sa garde, et à mettre fin aux violations de leurs droits fondamentaux.

Euro-Med Monitor a travaillé avec ses partenaires pour inciter le gouvernement hongrois à mettre immédiatement fin à toutes les violations, provocations et harcèlements contre les réfugiés et les demandeurs d'asile sur son territoire, et à les traiter d'une manière qui préserve leur dignité humaine.

 

Communiqué de presse

 

Croatie

 

Le Médiateur européen a annoncé le 10 novembre qu'une enquête a été ouverte sur la possible complicité de l'exécutif de l'UE dans la mauvaise gestion des fonds alloués à la surveillance du comportement des agents frontaliers croates accusés de participer à des actes de violence contre les demandeurs d'asile, y compris des fusillades de réfugiés.

Le 19 mai, Euro-Med Monitor s'est adressé au gouvernement croate et aux parties concernées de l'UE pour mettre immédiatement fin à toutes les pratiques illégales et discriminatoires à l'encontre des demandeurs d'asile et pour mener une enquête indépendante sur les violations commises par la police croate à l'encontre des réfugiés.

Communiqué de presse

 

Les territoires palestiniens

L'UE a appelé le gouvernement israélien à mettre fin à sa politique de démolition de maisons dans les territoires palestiniens occupés, y compris la démolition d'unités de logement financées par l'UE. Cette demande intervient alors que le taux de démolition des logements est élevé cette année.

Dans le cadre de campagnes de lobbying et de plaidoyer qui se sont étalés sur plusieurs années, les représentants d'Euro-Med Monitor ont rencontré des membres du Parlement européen et ont lancé une campagne intensive de correspondance révélant le nombre élevé de démolitions contre des projets financés par l'UE dans les territoires palestiniens. Euro-Med Monitor a porté l'affaire devant le Conseil des droits de l'homme des Nations unies (CDH), en fournissant un certain nombre de rapports et de déclarations, et a contacté le rapporteur spécial sur le logement pour faire pression sur Israël afin qu'il mette un terme à ses violations et démolitions en septembre dernier.

Communiqué de presse

 

Le tribunal de Jéricho a décidé de libérer le militant palestinien Nizar Banat après son arrestation pour avoir publié sur Facebook une vidéo critiquant la reprise des relations entre l'Autorité palestinienne (AP) et Israël.

Le 22 novembre, Euro-Med Monitor a appelé les organes concernés de l'AP et son procureur à libérer immédiatement Banat, et a exhorté l'AP à revoir ses politiques de sécurité dans ses relations avec les opposants et à mettre fin à toutes les violations commises contre les droits garantis par les lois et traités internationaux pertinents.

Communiqué de presse

 

Arabie Saoudite / Émirats arabes unis

 

Le 8 novembre, les négociateurs du Conseil Européen et du Parlement Européen ont approuvé de nouvelles règles qui contrôleraient l'exportation de biens à double usage tels que les équipements de surveillance électronique vers des pays tiers qui pourraient utiliser ces technologies pour nuire à leurs propres citoyens et qui sont impliqués dans des violations des droits de l'homme.

Au cours des derniers mois, Euro-Med Monitor, en coopération avec des organisations partenaires, s'est adressé à plusieurs membres et représentants du Parlement européen. Euro-Med a publié plusieurs rapports révélant les graves violations des droits de l'homme commises par l'Arabie Saoudite et les EAU à l'encontre des civils, notamment la guerre au Yémen, les disparitions forcées et les campagnes d'arrestation de journalistes et de militants pour s'être opposés au régime. Euro-Med Monitor, en coopération avec ses partenaires dans la région, a appelé les pays de l'Union européenne (UE) à mettre fin à l'exportation d'armes et de technologies de surveillance modernes vers les pays qui violent les droits de l'homme au Moyen-Orient.

 

Europe

Le 10 novembre, des membres du Parlement Européen ont demandé que l'Agence européenne des frontières et des garde-côtes (Frontex) rende des comptes sur le retour des migrants et des demandeurs d'asile de Grèce vers les eaux territoriales turques.

Le 6 mai 2020, Euro-Med Monitor s'est adressé aux membres du Parlement européen et de l'UE pour imposer des mesures de transparence et de responsabilité à l'encontre des pratiques de Frontex et pour établir un comité de surveillance indépendant chargé d'enquêter et de prévenir toute violation.

Communiqué de presse