Genève - Une jeune femme qatarie a disparu depuis cinq jours, après être rentrée du Royaume-Uni où elle avait trouvé refuge il y a plusieurs années pour échapper au système de tutelle discriminatoire et aux violences domestiques, a déclaré aujourd'hui l'Observatoire Euro-Méditerranéen des Droits de l'Homme dans une déclaration exprimant sa profonde inquiétude.

Les autorités qataries doivent immédiatement révéler le sort de cette femme de 23 ans, Nouf Al-Ma'adheed, qui a déclaré dans ses derniers tweets mercredi dernier qu'elle est en danger car sa famille a tenté à plusieurs reprises de pénétrer dans l'hôtel où elle se trouve.

Au moment où ses amis ont perdu le contact avec elle, des craintes ont été exprimées quant au sort d'Al-Ma'adheed. Selon des informations identiques, elle a reçu plusieurs menaces après son retour au Qatar, tandis qu'elle a prévenu que si elle cessait de poster sur les médias sociaux pendant une journée, cela signifierait que les autorités pourraient l'avoir renvoyée de force dans sa famille.

Al-Ma'adheed avait demandé l'asile en Grande-Bretagne en 2019 pour échapper aux violences domestiques et à la tutelle masculine, mais elle est rentrée au Qatar il y a deux semaines. À l'époque, elle était devenue un symbole de protestation contre le système de tutelle masculine qui conditionne les droits des femmes, comme les voyages, le mariage et l'éducation, à la permission du tuteur masculin.

Avant son retour au Qatar, les autorités ont promis de protéger la jeune femme, notamment en assurant sa sécurité à l'hôtel. Cependant, selon Al-Ma'adheed, les agents ont fait preuve de négligence pour prendre les mesures nécessaires, ce qui l'a mise en danger à plusieurs reprises, compte tenu des "tentatives d'assassinat et de massacre" de sa famille, comme elle le dit.

La veille de sa disparition, Al-Ma'adheed a déclaré sur Twitter: "Vous tenez votre parole [de fournir] une protection, employés du gouvernement. Vous n'avez pas tenu la promesse de ma protection. Ma vie a été menacée trois fois. Je n'attendrai pas la quatrième. Je suis désolée." Dans le même tweet, elle a appelé le ministre de l'Intérieur à la rassurer et à fournir les mesures nécessaires pour la protéger.

Le cas d'Al-Ma'adheed rappelle la cruauté des violences domestiques à l'encontre des femmes au Qatar et dans les États du Golfe arabe. Des lois devraient être promulguées pour garantir davantage de justice et d'égalité.

Au Qatar, la législation interdit aux femmes non mariées de moins de 25 ans de voyager à l'étranger sans l'autorisation de leur tuteur masculin. Les femmes ne peuvent pas non plus être le tuteur principal de leurs enfants, même si elles sont divorcées et ont la garde légale. Cette disposition est contraire à la constitution du Qatar et aux lois en vigueur qui prévoient la cessation de la tutelle à l'âge de 18 ans.

Le sort d'Al-Ma'adheed doit être révélé de toute urgence, et elle doit être gardée saine et sauve. Le gouvernement qatari doit mettre fin à toutes les règles discriminatoires à l'égard des femmes et adopter des législations non discriminatoires.

En outre, de nouvelles améliorations législatives doivent être apportées, comme le retrait des réserves au Pacte international relatif aux droits civils et politiques, au Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels et à la Convention sur l'élimination de toutes les formes de discrimination à l'égard des femmes.