Environ 1,5 million des 2,3 millions d'habitants de la bande de Gaza sont touchés par la pauvreté en raison du blocus israélien et des restrictions imposées à la bande depuis 2006. L'Observatoire Euro-Méditerranéen des Droits de l'Homme a appelé la communauté internationale à faire pression sur Israël pour mettre fin à son blocus illégal.

Alors que le blocus israélien entre dans sa seizième année, Euro-Med Monitor a documenté dans son rapport annuel les effets désastreux du blocus sur les plans social, économique et humanitaire, qui ont été exacerbés par les attaques militaires répétées sur la bande de Gaza - dont la plus récente a eu lieu en mai 2021.

   Malgré la détérioration de la situation humanitaire dans la bande de Gaza et la succession de sept gouvernements israéliens depuis le début du blocus, la politique israélienne de punition collective à l'encontre de la population de Gaza reste en place   

Malgré la détérioration de la situation humanitaire dans la bande et la succession de sept gouvernements israéliens depuis le début du blocus, la politique israélienne de punition collective contre la population de Gaza reste en place, d'une manière qui expose clairement l'intention d'Israël d'infliger de grands dommages matériels et moraux aux résidents de Gaza.

Le rapport a documenté la multiplication des indicateurs de la crise humanitaire à Gaza en raison du blocus. À titre d'exemple, le taux de chômage est passé de 23,6 % avant l'imposition du blocus en 2005 à 50,2 % à la fin de 2021 - l'un des plus élevés au monde.

De même, la pauvreté a fortement augmenté en raison des fermetures et des interdictions israéliennes, passant de 40 % en 2005 à 69 % en 2021.

Le rapport a également examiné l'état d'effondrement économique dont souffre Gaza en raison du blocus. L'économie de Gaza a été paralysée depuis le début du blocus avec la fermeture presque complète des passages commerciaux, paralysant le mouvement économique, en particulier pendant les attaques israéliennes des trois dernières décennies. En outre, la contribution de Gaza à l'ensemble de l'économie palestinienne a diminué de moitié pour ne plus atteindre que 18 % en 2021.

Le rapport souligne que des milliers d'installations économiques, de services et de production ont été perturbées, détruites ou endommagées lors des attaques militaires israéliennes pendant les années de blocus. La dernière attaque militaire, en mai 2021, a entraîné à elle seule la destruction de centaines d'installations économiques, pour des pertes totales d'environ 400 millions de dollars.

Le secteur de la santé est l'un des plus touchés par le blocus, car Israël empêche ou limite l'entrée de médicaments et de fournitures médicales à Gaza, ce qui a entraîné une baisse de 66 % des services de soins de santé, selon le rapport.

En ce qui concerne la liberté de circulation, le rapport indique qu'Israël n'autorise que des cas limités - essentiellement humanitaires - à passer par le passage d'Erez, qui est le seul passage israélien désigné pour l'entrée et la sortie des individus de Gaza.

Selon la Gisha, la moyenne mensuelle des cas qu'Israël autorise à sortir par le passage d'Erez était de 30 000 cas avant l'imposition du blocus. Cette moyenne a chuté de 70 % depuis lors, pour atteindre 8 954 cas par mois.

Pendant ce temps, le mouvement à travers le passage de Rafah vers et depuis Gaza s'est remarquablement amélioré en 2021. Environ 15 000 cas sont entrés ou sortis de Gaza par le passage de Rafah par mois, pour la première fois depuis 2013.

Le rapport appelle Israël à mettre fin à son blocus de Gaza, à permettre aux Palestiniens d'exercer tous leurs droits - dont le plus important est la liberté de circulation - et à cesser de punir collectivement les civils.

La communauté internationale devrait contraindre Israël, en tant que puissance occupante, à respecter les droits de tous les Gazaouis conformément aux normes internationales pertinentes et à mettre de côté les secteurs de l'économie, de la santé, de l'alimentation, des infrastructures, etc.

La Cour pénale internationale devrait procéder à l'ouverture d'enquêtes contre les dirigeants et les soldats israéliens impliqués dans la punition collective et les attaques militaires contre Gaza afin que les responsables répondent de leurs actes conformément aux normes de la justice internationale.

Rapport complet en anglais
Rapport complet en arabe