Genève - Les autorités saoudiennes ont lancé une campagne d'arrestation qui a touché plusieurs juges travaillant au tribunal de première instance, à la cour d'appel et à la cour suprême du royaume, a déclaré l'Observatoire Euro-Méditerranéen des Droits de l'Homme dans un communiqué exprimant sa vive préoccupation.

Selon les rapports, le service de sécurité de l'État saoudien a détenu un nombre indéterminé de juges de tribunaux il y a quelques jours. Dans la plupart des cas, les forces de sécurité ont pris d'assaut les lieux de travail des juges et les ont emmenés vers des destinations inconnues, sans les informer des raisons de leur arrestation ni s'assurer que les procédures légales appropriées ont été suivies.

Les arrestations ont touché des juges éminents, dont Abdul Aziz Al Jaber, Mohammed Al-Omari, Mohammed Al-Ghamdi, Nasser Al-Harbi, et d'autres dont le nombre ou les noms sont encore inconnus.

Les autorités n'ont publié aucune déclaration officielle concernant la campagne d'arrestation ou ses causes, ce qui suscite des craintes quant au sort des juges en l'absence de toute information sur leur localisation ou leur statut juridique.

Certains des juges arrêtés avaient rendu des décisions injustes à l'encontre de certains prisonniers d'opinion au cours des deux dernières années. Cela indique que les politiques arbitraires ne se limitent pas aux seuls opposants mais peuvent toucher toute personne, quelle que soit sa position ou ses activités sociales, religieuses ou politiques.

   La campagne contre les juges est très similaire aux autres campagnes menées contre les intellectuels, les écrivains, les religieux et les opposants au cours des dernières années   

Il est également à craindre que ces arrestations aient été effectuées pour faire pression sur les juges afin qu'ils rendent de nouveaux jugements ou décisions, ou dans le cadre d'une vaste campagne visant à restructurer illégalement le système judiciaire afin de renforcer le contrôle de l'autorité exécutive sur le pouvoir judiciaire.

Cette campagne contre les juges est très similaire à d'autres campagnes contre les intellectuels, les écrivains, les religieux et les opposants au cours des dernières années, car ces arrestations sont effectuées sur ordre d'organes souverains supérieurs, sans respecter les procédures légales.

L'absence de contrôle juridique et judiciaire sur les autorités exécutives du Royaume a conduit à la restriction des droits des individus et à leur soumission à divers types de violations et d'abus, sans crainte d'une quelconque forme de responsabilité.

Les autorités doivent indiquer les raisons de la campagne d'arrestation des juges, révéler immédiatement leur lieu et leurs conditions de détention, et leur permettre de jouir pleinement de leurs droits légaux, notamment de rencontrer leurs familles et leurs avocats. Les autorités doivent également libérer les juges qui n'ont pas été condamnés ou dont la culpabilité n'a pas été prouvée, respecter le pouvoir judiciaire et son travail, et l'éloigner des politiques arbitraires injustifiées.