Depuis le début de la dernière décennie, les violations des droits de l'homme se sont multipliées au Moyen-Orient et en Afrique du Nord. Les populations sont descendues dans la rue pour protester contre les conditions politiques et économiques désastreuses, et des conflits armés ont ravagé certains pays. Les gouvernements de la région ont utilisé des méthodes violentes pour soumettre et réduire au silence les voix dissidentes et ont systématiquement pris pour cible les militants politiques et les journalistes. En avril 2022, les régimes répressifs ont continué à prendre pour cible des militants et des journalistes pacifiques, à réprimer les manifestations populaires et à restreindre les libertés publiques.

En Europe de l'Est, le conflit militaire russo-ukrainien a coûté la vie à des centaines de civils et provoqué le déplacement de millions d'Ukrainiens vers les pays voisins. La crise a mis en évidence la discrimination et les doubles standards des politiciens, fonctionnaires, journalistes et célébrités européens, qui ont appelé à accueillir les réfugiés ukrainiens parce qu'ils partagent leur ethnie, leur couleur et leur religion, contrairement aux demandeurs d'asile et aux migrants des régions hors d'Europe.

En avril 2022, notre équipe a travaillé aux côtés d'organisations partenaires et de dizaines d'organisations régionales et internationales pour générer un véritable changement en parlant aux décideurs des pratiques et des méthodologies qui devraient être abordées, réformées ou abolies. Nous avons également exploité le pouvoir des médias sociaux pour engager virtuellement le public sur des questions qui affectent leurs droits individuels ainsi que la dignité humaine dans son ensemble.

Voici les résultats les plus significatifs de ces efforts :

  • Arabie saoudite

Les autorités saoudiennes ont libéré trois prisonniers de conscience après avoir passé des périodes variables en prison pour l'expression légitime de leurs opinions.

Pendant des années, Euro-Med Monitor s'est adressé aux autorités saoudiennes pour qu'elles libèrent les prisonniers de conscience. Avec nos partenaires, nous avons lancé des campagnes de pression pour demander aux autorités saoudiennes de mettre fin à sa politique d'arrestations arbitraires et de respecter le droit de ses citoyens à exprimer librement leurs opinions.

[ONGs à la communauté du rallye Dakar: Soutenez les héros saoudiens !]

  • Yémen

- Le groupe Houthi accepte un plan d'action de l'ONU visant à mettre fin au recrutement des enfants

- Les parties au conflit au Yémen libèrent des dizaines de prisonniers dans le cadre d'initiatives unilatérales.

Grâce à des efforts ciblés comprenant des rapports documentaires, et diverses activités de pression et de plaidoyer, Euro-Med Monitor a révélé que le groupe Houthi avait recruté des milliers d'enfants dans ses zones de contrôle au Yémen, et a appelé devant le Conseil des droits de l'homme les Nations Unies à intervenir pour mettre fin à ce phénomène dangereux.

De même, Euro-Med Monitor a continuellement appelé les parties au conflit à mettre fin à la détention illégale de milliers de personnes, et à cesser de confisquer la liberté des gens sans justifications légales solides.

[Nouveau rapport d'Euro-Med Monitor & SAM : Les Houthis ont recruté plus de 10 000 enfants au Yémen]

[Au CDH : Euro-Med Monitor appelle l'ONU à lutter contre le recrutement d'enfants au Yémen].

  • Soudan

L'autorité militaire de facto a libéré un certain nombre de dirigeants des forces civiles qui avaient été détenus lors du coup d'Etat militaire d'octobre 2021.

Au cours des derniers mois, les équipes de terrain d'Euro-Med Monitor ont travaillé à documenter les violations contre les activistes, les journalistes et les manifestants, depuis le coup d'état militaire d'octobre 2021. Nous avons également demandé à l'autorité de facto de mettre fin à ses violations des droits de l'homme et d'annuler toutes ses mesures illégales, y compris les arrestations arbitraires et la répression violente des manifestations pacifiques.

[Soudan: Un manifestant tué par jour depuis le coup d'Etat militaire]

  • Europe

Fabrice Leggeri, directeur de l'Agence européenne de garde-frontières et de garde-côtes (Frontex), a démissionné de son poste, invoquant l'implication de l'agence dans de violentes opérations de refoulement de migrants et de demandeurs d'asile en Méditerranée.

Au cours de l'année dernière, Euro-Med Monitor a publié plusieurs rapports révélant les graves violations commises par Frontex à l'encontre des migrants et des demandeurs d'asile. Nous avons organisé des activités de lobbying et de plaidoyer ciblant les responsables de l'agence et les représentants au Parlement européen, et nous avons demandé l'expulsion et la responsabilisation de toutes les personnes impliquées dans la mise en œuvre ou l'approbation de ces violations.

[Avant l'enquête de la CE, un rapport condamne l'agence la mieux financée de l'UE pour ses violations répétées du Droit International et du Droit Communautaire]