Genève - L'Observatoire Euro-Méditerranéen des Droits de l'Homme a fermement condamné l'assassinat de la journaliste palestinienne et correspondante d'Al-Jazeera, Shireen Abu Aqleh, lors de l'assaut de l'armée israélienne contre le camp de Jénine, au nord de la Cisjordanie, ce matin.

Euro-Med Monitor a déclaré dans un communiqué de presse qu'il a suivi avec un grand choc le meurtre de la journaliste Abu Aqleh (50 ans) lors de son travail sur le terrain, qui a été tuée par une balle dans la tête alors qu'elle portait un casque de protection et un bouclier avec l'insigne de la presse qui la distinguait clairement des autres personnes sur place.

Selon les témoignages recueillis par Euro-Med Monitor auprès de témoins oculaires, la journaliste Abu Aqleh a été frappée par une balle tirée par les forces israéliennes au-dessous de son oreille, dans la zone non protégée du casque qu'elle portait.

Selon ces témoignages, vers 6h30 ce mercredi, un véhicule transportant un groupe de journalistes est arrivé au premier rond-point du camp de Jénine pour couvrir l'incursion de l'armée israélienne dans le camp, où les forces de l'armée étaient déployées, et où des tireurs d'élite de l'armée sont montés sur les toits d'un certain nombre de maisons du camp. Selon le témoignage d'un témoin oculaire, la journaliste est sortie du véhicule, portant des équipements de protection de presse, et a fait plusieurs pas, lorsqu'un des snipers israéliens lui a tiré dessus avec une balle réelle sous l'oreille, plus précisément dans la seule zone non couverte par le casque.

   La blessure d'Abu Aqila révèle que l'armée israélienne l'a délibérément touchée dans une zone mortelle. Les soldats ont continué à tirer sur tous ceux qui tentaient de s'approcher d'elle, ce qui a empêché l'ambulance de faire son travail pendant plusieurs minutes   

Euro-Med Monitor a indiqué que la blessure d'Abu Aqleh révèle que l'armée israélienne l'a délibérément touchée dans une zone mortelle. Les soldats ont continué à tirer sur tous ceux qui tentaient de s'approcher d'elle, ce qui a empêché l'ambulance de faire son travail pendant plusieurs minutes.

Lors du même incident, le journaliste Ali Samoudi a reçu une balle dans le dos et a été transporté à l'hôpital dans un état modéré. Il a déclaré dans une vidéo prise à l'hôpital alors qu'il recevait des soins : "Alors que nous couvrions l'opération de l'armée israélienne dans le camp de Jénine, les soldats nous ont tiré dessus soudainement, sans aucun avertissement". Shireen a été touchée par une balle à la tête et j'ai été touché dans le dos. Il n'y avait pas de tireurs palestiniens dans la zone et l'armée israélienne a ouvert le feu contre nous."

Euro-Med Monitor a suivi le témoignage du journaliste Mujahid Al-Saadi, qui se trouvait sur les lieux de l'incident. " L'armée israélienne attendait que nos collègues " Shireen Abu Aqleh " et " Ali Smoudi " arrivent sur place, et quand nous sommes arrivés devant une usine. Il y a eu des tirs, alors je me suis mis à couvert avec une clôture. Notre collègue "Ali" a été blessé et a réussi à s'échapper rapidement du champ de tir du sniper israélien.

Le ministère palestinien de la Santé a déclaré que la journaliste Abu Aqleh souffrait d'une blessure critique due à une balle dans la tête, pour annoncer peu après qu'elle a succombé à sa blessure.

Euro-Med Monitor a suivi la déclaration de l'armée israélienne au sujet de l'incident, qui a déclaré que "des journalistes ont peut-être été victimes de tirs, probablement de la part d'hommes armés palestiniens, et que cette possibilité fait l'objet d'une enquête". L'incident fait l'objet d'une enquête", soulignant que les données recueillies et les témoignages des témoins oculaires montrent qu'il n'y a pas eu d'échange de tirs avec des tireurs palestiniens au moment où les snipers de l'armée israélienne ont ouvert le feu contre les journalistes.

Euro-Med Monitor a réclamé l'ouverture d'une enquête internationale indépendante sur le meurtre de la journaliste Shireen Abu Aqleh, qui conduise à la responsabilisation des personnes impliquées et à la fin du ciblage systématique par Israël du travail journalistique dans les territoires palestiniens.