Dans une déclaration conjointe, publiée le 30 janvier 2015, l’Observatoire Euro-Mid Pour les Droits de l’Homme et L’Observatoire des Droits légaux ont affirmé que l’exécution de 84 personnes avait eu lieu, en un jour, dans le village de Barwaneh, quartier d'Al-Muqdadiya, gouvernorat de Diyala, Irak, devant l’armée irakienne qui n’a rien fait pour venir en aide aux civils.

Les deux organisations ont expliqué que, selon des témoins oculaires, des personnes portant des vêtements noirs, avec voitures noires, semblant appartenir à la milice Foule Populaire ont brûlé et détruit plus de 1600 maisons dans la ville de Sherwin, et plus de 12 mosquées après qu’une opération militaire ait pris fin. Cette opération avait été effectuée par des miliciens aux côtés de l'armée irakienne et d'autres groupes tribaux sunnites contrôlant la ville, après que des affrontements aient éclaté avec l'État islamique (EI). La milice Foule Populaire était ensuite allée à Barwaneh, où se réfugiaient des centaines de familles déplacées des villes voisines de Sensal et de Sherwin, et avait demandé aux gens à se rassembler dans un des vergers pour qu’ils répondent à certaines questions. C’est là-bas que 84 personnes ont été tuées, selon les statistiques recueillies par Euro-Mid et l'Observatoire des droits légaux.

Les deux organisations ont déclaré que des soldats de l'armée irakienne ont assisté à la scène sans rien faire pour défendre les civils, soulignant que le ministère irakien de l'Intérieur a tenté de nier la validité des rapports d'exécutions de masse à Barwaneh. Les deux jours suivants, le gouvernement irakien a également tenté de dissimuler le massacre malgré le flux constant des nouvelles et commentaires demandant au gouvernement de reconnaitre l’incident et de lancer une enquête.

Le porte-parole du ministère irakien de l'Intérieur, Saad Maan, a déclaré, lors d'une conférence de presse sur le meurtre de civils à Barwaneh, que l’incident n’était pas réel, alors que, de son coté, le commandant desopérationsdu Tigre, Abdul Amir Al-Zidi, a admis que des militants avaient ouvert le feu contre les forces irakiennes à Barwaneh, en déclarant « ils ont répondu en ouvrant le feu sur eux et ont tué entre 50 à 60 terroristes ".

Selon la déclaration conjointe, des vidéos postées sur les réseaux sociaux montrent des membres de la milice Foule Populaire dansant devant les corps des victimes qui avaient les yeux bandés et les mains liés, dont certains semblaient avoir directement reçu des balles dans la tête. Un témoin oculaire a indiqué que les miliciens avaient vérifié les noms des hommes et ensuite il avait entendu des coups de feu ... Quand il est allé au village pour voir ce qui était arrivé, il a vu 35 corps dans une maison et trouvé 40 autres dans un endroit proche, derrière la maison". Un autre témoin oculaire a affirmé avoir vu un groupe de soldats et de miliciens ouvrant le feu sur 13 hommes après les avoir alignés et avoir ligoté leurs mains.

Le membre du Conseil du Gouvernorat de Diyala, Sajed Al-Anbaki, a dénoncé la déclaration disant, "Si les personnes tuées étaient des « terroristes », il n'y aura pas de problème, car ils ont obtenu ce qu'ils méritaient", encourageant ainsi les crimes d’assassinat et les exécutions extrajudiciaires, en violation du droit à la vie.

La déclaration conjointe a souligné que, le 29 Janvier, des éléments de la milice Foule Populaire avaient distribué des tracts à des familles sunnites dans le centre du quartier Al-Muqdadiya, les exhortant à quitter la zone, laissant place à des opérations de vol et d’incendie contre les maisons qui ont pu se poursuivre en raison de l’absence complète de l'Etat et ses autorités.

L'observatoire Euro-Mid pour les Droits de l'Homme et l'Observatoire des Droits Légaux ont conclu leur déclaration en appelant le gouvernement irakien à s’acquitter de ses obligations envers les habitants de Barwaneh et du district d’Al-Muqdadiya en assurant leur protection et en identifiant et traduisant en justice les auteurs des crimes qu’ils couvrent , tout en insistant sur la nécessité pour le gouvernement de ramener toutes les factions armées sous son autorité et celle de la loi .

  Liste des noms des victimes exécutées à Barwaneh:

1        . Marwan Jassem Melhim

2        Qahtan Jassem Melhim

3        Othman Jassem Melhim

4        Adel Qahtan Ramid

5        Ali Adel Qahtan

6        Salman Nasrallah Salman

7        Hussein Karim Hussein

8        Shihab Ahmad Mubarak

9        Abdul Mamoun Mahmoud Jassem

10    Mania Hassan

11    Hassan Mania Hassan

12    Salman Abbas Aliwi

13    Hassan Salman Abbas

14    Hussein Salman Abbas

15    Abdul Qader Salman Abbas

16    Nasser Salman Abbas

17    Mubarak Salman Abbas

18    Karim Salman Abbas

19    Kilan Salman Abbas

20    Hashim Hussein Salman Abbas

21    Falah Hassan Hussein Abbas

22    Tahsin Mahmoud Salman

23    Ala’ Tahsim Mahmoud

24    Mahmoud Tahsin Mahmoud

25    Muhammad Tahsin Mahmoud

26    Abbas Tahsin Mahmoud

27    Saleh Kamel Ismail

28    Alwai Kamel Ismail

29    Muhammad Saleh Ramid

30    Mukhlis Abed Mahdi

31    Maqdad Salama Khanjer

32    Mazen Majid Hamada

33    Shuaib Qadouri Mustaf

34    Zahid Shuaib Qadouri

35    Ali Hashim Salman

36    Muhammad Abbas Hilal

37    Abdullah Hussein Ahmad Saleh

38    Khaled Shihab Ahmad Saleh

39    Ali Ghadir Aswad (Egyptian National)

40    Khalil Ibrahim Muhammad

41    Muhammad Ihsan Muhammad

42    Dawoud Saad Atia

43    Izzam Hussib Hamad Awad

44    Farhan Ahmad Saleh

45    Jassem Muhammad Shihab

46    Ahmad Muhammad Shihab

47    Ahmad Shihab Ahmad

48    Muhammad Shihab Ahmad

49    Alwan Shihab Ahmad

50    Maher Khalaf Muhammad

51    Hussein Abdullah

52    Adel Qahtan Khadir

53    Harith Ibrahim

54    Mazen Majid

55    Ibrahim Hamada

56    Khaled Al-Jouriya

57    Shuaib Habib Al-Azawi

58    Khaled Mahmoud Ali

59    Muhammad Salman Adkik

60    Walid Hassan

61    Omar Hassan

62    Khamas Jassem Al-Jabouri

63    Bira’ Khamas Jassem

64    Ala’ Khamas Jasse

65    Ahmad Abbas

66    Ali IbrahimSale

67    Khalil Ibrahim Al-Souhad

68    Muhammad Khalaf Ismail

69    Salman Abbas

70    Ala’ Khalaf Mahmoud

71    Omar Harith

72    Shuaib Abdul Qader Al-Azawi

73    Hassoum Al-Jabouri

74    Mustafa Al-Jabouri

75    Muhammad Al-Jabouri

76    Ahmad Al-Jabouri

77    Qassem Amal

78    – 84. Falih Hassan Al-Jabouri et ses six enfant